Tout ce qu’il y a à savoir sur l’horlogerie

L’homme a toujours eu le souci de quantifier le temps qui passe. Ainsi, l’heure se déterminait par des phénomènes naturels comme la position du soleil et de la lune dans le ciel. Mais la technologie évoluant, on en est arrivé à indiquer le moment qu’il fait avec des garde-temps. Ces petits objets, qui relèvent à la fois de la joaillerie et de l’utilitaire, sont nés en même temps la technique de leur fabrication et de leur entretien : l’horlogerie. Ce dossier se propose de revenir sur ce savoir-faire à travers la quasi-totalité de ses aspects.

Qu’est-ce que l’horlogerie ?

Le terme d’horlogerie recouvre de nos jours plusieurs concepts. On l’a d’abord utilisé pour désigner la technique de la fabrication des horloges et des pendules. Un horloger, c’était donc un artisan qui sait fabriquer des horloges. Mais quand l’appareil ne fonctionne plus comme il faut, c’est vers ce même fabricant qu’on le ramène. Ainsi, le mot « horlogerie » se rapporte aussi à l’activité de la personne qui répare les horloges et les pendules.

Une troisième acception du nom le désigne comme celui qui sert à identifier où l’on vend des horloges et des pendules. Le commerce de ces garde-temps est aussi l’horlogerie. Cependant, si le terme est dérivé d’horloge, il ne se rapporte plus seulement aujourd’hui aux horloges et aux pendules. L’horlogerie concerne aussi les montres-bracelets.

Horlogerie mécanique

Brève histoire de l’horlogerie

Une histoire de l’horlogerie, fût-elle brève, ne saurait occulter un rappel des tentatives qui ont précédé l’invention de l’horlogerie telle qu’elle est connue aujourd’hui. L’un des tout premiers objets utilisés par les humains pour avoir une idée du temps fut le gnomon. Cela remonte à 4 000 ans. Le dispositif tenait en une tige de bois plantée au sol. C’est l’ombre portée du bâton au sol qui indiquait le moment de la journée selon la longueur du dessin esquissé.

Un peu plus d’un millénaire plus tard, l’on inventa la clepsydre. Avec ce mécanisme constitué de deux vases, on avait une idée du temps en observant la quantité d’eau qui passe d’un récipient à l’autre. Bien d’autres systèmes plus ou moins ingénieux furent conçus par nos ancêtres pour avoir une certaine maîtrise du temps.

Cependant il a fallu attendre le XIIIe siècle pour que vît le jour la première horloge en tant que telle. Le dispositif mécanique d’alors subit une série de modifications pour aboutir au XVIIe siècle avec les travaux de Christian Huygens. Grâce au rouage mécanique élaboré par ce génie, il était possible enfin de prendre la mesure des heures, des minutes et des secondes. Cet organisme fait de balancier, d’aiguilles, de ressort parcourut un processus de miniaturisation pour engendrer la montre-bracelet. Et quand on parle d’horlogerie aujourd’hui, on ne pense injustement qu’à ces petites montres.

Mouvement mécanique Minerva

Les configurations mécaniques régnèrent jusqu’au XXe siècle. Et ce fut dans les années 1970 que les premières montres électroniques apparurent. Les grandes horlogeries s’investirent pour élaborer la structure la plus sophistiquée. Ce fut ainsi qu’apparut la Grande Complication, un chef-d’œuvre de la maison suisse International Watch Company of Switzerland.

De nos jours les montres peuvent être conçues selon les envies de chacun. On connaît bien la monte connectée d’Apple. Mais il y a aussi des montres pour suivre la tension artérielle, des garde-temps servant à la fois de télécommande et même des modèles s’adaptant au décalage horaire quand on voyage. Comme on le voit du gnomon aux montres actuelles, il y a un chemin, celui tracé inlassablement par l’humanité pour progresser.

Montre tissot

Les techniques à l’œuvre en horlogerie : la mécanique

Jusqu’en 1 970, l’horlogerie n’existait que sous sa forme mécanique. Avec une configuration mécanique, une horloge ou une montre fonctionne au moyen d’une énergie générée par l’utilisateur. Cette impulsion part du mouvement rotatoire exercé sur la couronne. La force atteint les rouages et actionne le système. Un ensemble de pièces redistribue la puissance émise, notamment par le biais d’un échappement. Un régulateur encadre le mouvement de l’échappement pour ainsi éviter une déperdition. Dès les différents rouages se mettent en action afin de faire afficher les indications de temps sur le cadran.

Le rouage soumis à l’affichage des heures est plus important. Il réalise un mouvement complet de 12 h quant à la rotation des secondes, elle occupe une toute petite place et ne prend que 60 secondes. Dans une montre mécanique de base, la seconde, la minute et l’heure constituent les principaux éléments affichés. Cependant, certaines structures plus complexes fournissent des renseignements comme le quantième. On parle alors de montres à complication. Deux cas de figure d’affichage de quantième existent. Il y a le quantième simple, apte seulement à montrer les mois de 30 et de 31 jours. C’est le quantième perpétuel qui donne la possibilité de voir tous les mois, y compris celui de février.

On retiendra qu’en général une horloge mécanique comprend six éléments fondamentaux : le moteur, la transmission, l’échappement, le régulateur, l’affichage et le boîtier.

Horloger

Les techniques à l’œuvre en horlogerie : le quartz

Ce sont les travaux en 1880 des physiciens français Pierre et Marie Curie qui permirent plus tard la conception de la première montre à quartz. Ils découvrirent que lorsqu’on exerce deux pressions simultanées en sens inverse sur un morceau de ce minerai, celui-ci génère une certaine quantité d’énergie électrique. En s’appuyant sur cette donnée essentielle, Warren Morrison et J.W. Horton construisirent la toute première horloge électronique en 1928.

Cette aïeule avait une forme similaire à celle d’un réfrigérateur. Un processus de miniaturisation permit de produire 40 ans plus tard une montre-bracelet à quartz. Depuis sa découverte, le quartz s’impose comme une pièce incontournable dans la construction des appareils à fonctionnement électronique. Que ce soit les téléphones portables, les ordinateurs ou encore les téléviseurs, ils intègrent des éléments en quartz.

En ce qui concerne le fonctionnement d’une montre à quartz, il est assez simple. Tout part d’une stimulation électrique, au moyen d’une pile, provoquée pour générer des vibrations. Celles-ci induisent des charges électriques propres à produire une oscillation ayant pour fréquence de vibration une mesure identique à celle du quartz. Ces différentes pulsations recueillies dans un moteur assurent l’exécution du mouvement des aiguilles, grâce à un système de roues dentées.

Ce fut en 1962 que la montre électronique vit le jour en tant que tel. Mais il fallut attendre trois ans encore pour qu’en 1970 un modèle puisse faire l’objet d’une multiplication industrielle.

Dès lors la montre-bracelet à quartz entame un essor qui l’amène à remplacer systématiquement son aînée mécanique. De plus, elle se vend à un prix bien plus intéressant, car le montage des pièces ne se fait plus manuellement. Aujourd’hui, la montre mécanique est réservée à l’horlogerie de luxe.

Rolex Daytona

Les différents types de montres et leurs complications

Les montres existent sous différentes formes. Selon les circonstances et les besoins, on choisit un type plutôt qu’un autre. Voici les principales sortes de garde-temps.

La montre de sortie

Encore appelée montre habillée, elle est la plus répandue. Munie d’un bracelet dans une matière esthétique comme le cuir ou un métal brillant, elle représente l’accessoire de mode incontournable. Longtemps, on l’a considérée comme un objet exclusivement masculin. Mais aujourd’hui, la montre se conjugue au féminin. La montre habillée se présente sous un design épuré et ne nécessite pas une complication. Quelle que soit la tenue à mettre, la montre intervient pour la sublimer.

La montre à complication

C’est le nec plus ultra en matière d’horlogerie. Elle possède tous les éléments de base des montres ordinaires, mais elle leur ajoute bien d’autres choses. C’est sur une montre à complication que l’on peut trouver un calendrier perpétuel affichant le quantième et tous les mois avec une grande précision. Certains modèles prennent en compte le changement d’heure quand on passe d’un fuseau horaire à un autre. La montre à complication la plus aboutie est le modèle construit par l’International Watch Company of Switzerland et que l’on appelle la Grande Complication. Ce type de montre n’est pas à la portée de toutes les bourses.

La montre sportive

Voici une montre à ne surtout mettre sur un costume. Ainsi que son appellation le suggère, elle est adaptée pour affronter des situations extrêmes, comme les intempéries climatiques, ou pour être utilisée même faire de la plongée. Son bracelet est généralement en caoutchouc. Robuste, elle jouit d’une conception lui permettant de supporter les chocs. Elle intègre une complication chronographe.

La montre dite hybride

Comme son nom le laisse penser, cette montre représente le juste milieu entre la montre sportive et celle de sortie. Assez fine, elle arbore un bracelet en cuir ou en métal. On y trouve peu de complications et elle convient pour être portée en diverses circonstances.

Les grandes marques

Il existe de multiples marques de montre à travers le monde. Mais les plus prestigieuses se trouvent sur le sol helvétique. Quand on esquisse une liste des dix premières marques, on y compte jusqu’à huit sociétés suisses.

Les marques suisses se taillent la part du lion

Vient en top de la liste la marque Rolex créée en 1905. Elle règne sur le monde de l’horlogerie de luxe. Le modèle le plus représentatif de Rolex est Oyster. C’est la plus grande marque de montre de luxe au monde. Les enseignes comme Omega, Longines, Patek Philippe, Tissot, Tag Heuer, Swatch, IWC, Breguet ou Breitling suivent dans un ordre qui varie selon les années.

La timide présence de la France dans la cour des grands

Si l’Hexagone jouit d’un passé prestigieux en matière d’horlogerie, elle est aujourd’hui nettement devancée par la Suisse. Certains fabricants sont même obligés d’installer leur usine en Suisse pour profiter du label « fabriqué en suisse ». Cependant des noms comme Cartier parviennent à garder le cap et s’imposer parfois même en face de certaines compagnies suisses.

Cependant, quelques horlogers produisent encore en France comme Michel Herbelin ou Pequignet.

L’industrie horlogère aujourd’hui

L’industrie horlogère est largement dominée de nos jours par les marques helvétiques. En 2013 par exemple, la Suisse s’est adjugé la moitié du chiffre d’affaires de l’industrie horlogère au niveau mondial. En portant ses ventes à 18 milliards d’euros, le pays des grandes marques représente la nation de l’horlogerie de luxe par excellence. Pour s’imposer avec chiffre, il lui a fallu seulement offrir 28 millions de montres sur 1,2 milliard d’unités vendues dans le monde.

Comme à son habitude, c’est la marque Rolex qui vient en tête de peloton parmi les grandes enseignes qui se partagent ce montant colossal. La compagnie genevoise pulvérise ses propres records avec un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros. Cette même année, Cartier réalise une percée avec près de deux milliards d’euros. Ce qu’il faut noter comme constat majeur, c’est que la qualité est la règle d’or en ce qui concerne les productions suisses.

L’horlogerie, c’est tout un univers et il faudrait plusieurs volumes pour la présenter dans toute son étendue. On espère que ce modeste dossier a apporté les réponses aux questions que vous vous posez souvent sur le sujet.